Quels sont les temps de séchage du béton?

La qualité des matériaux utilisés et la qualification des professionnels sont essentielles pour garantir la durabilité de l’ouvrage en béton.

Le temps de séchage est aussi un facteur qui permet d’optimiser la résistance de la construction.

Quel est le temps de séchage du béton ?

Le séchage du béton peut prendre plusieurs jours ; il est donc important d’être patient avant d’entreprendre les prochaines étapes des travaux.

Il faut en principe attendre 48 heures après le coulage du béton pour démarrer le décoffrage d’une dalle piétonne.

Ce délai peut aller jusqu’à 6 jours pour un sol carrossable.

Par ailleurs, une durée de 28 jours est requise pour se conformer au temps de séchage prescrit dans les normes EN 206-1.

Il est également important de préciser que le type d’application peut faire varier le temps de séchage du béton :

  • Pour une dalle ordinaire d’une épaisseur de 10 cm, le béton atteint sa phase de durcissement au bout de 10 semaines;
  • Quant au mur banché, une durée d’attente de 4 semaines est indispensable pour que le béton soit entièrement dur;
  • Le temps de séchage du béton est par contre plus écourté pour les fondations. Il est en effet de 3 semaines, soit quelques jours de moins que la durée maximale préconisée;
  • Pour une chape (la surface destinée à la pose d’un carrelage ou d’autres types de revêtement), la durée totale de séchage est fixée en fonction de la qualité du béton. Pour avoir une estimation, il faudra en moyenne prévoir un délai d’une semaine par centimètre avant d’entamer les travaux.
Quels sont les temps de séchage du béton
Quels sont les temps de séchage du béton

Précisons également que le temps de séchage du béton dépend aussi de son type d’utilisation :

  • Il faut prévoir un délai d’attente de 7 jours pour pouvoir rouler au-dessus d’une dalle en béton;
  • La pose du revêtement de son côté ne peut être effectuée qu’après 28 jours. Il est préférable d’attendre que le sol se durcisse pour démarrer les travaux.

En France, des Documents techniques unifiés (DTU) ont été élaborés afin de garantir la qualité des travaux.

Ils détaillent tous les procédés à suivre, depuis le dosage du béton jusqu’à la phase de séchage.

Les phases du séchage du béton ?

La prise du béton se fait par étape, il se distingue par trois phases bien distinctes :

La phase dormante

Cette première phase suit le coulage du béton, elle se distingue par l’enclenchement des réactions chimiques : au contact de l’eau, les constituants du ciment se transforment en ions.

Ce phénomène provoque le durcissement du béton. La durée de la phase dormante peut varier entre une à quatre heures selon le type du ciment.

Pendant ce temps, la pâte du ciment est moelleuse et peut encore être maniée.

La prise du béton

Pendant cette phase, la pâte du ciment est de plus en plus visqueuse. On constate également qu’une forte chaleur s’y dégage à cause des réactions chimiques provoquées par les ions.

À la suite de l’apparition des cristaux d’ettringite, le béton se solidifie. Par conséquent, il devient difficile de le travailler.

La phase de durcissement

La phase de durcissement dure plusieurs semaines. En principe, le béton atteint sa maturation au bout de 28 jours.

En d’autres termes, ce n’est qu’après un mois que le béton sèche et devient résistant.

L’influence des conditions climatiques sur le séchage du béton

La température ambiante est un facteur que l’on doit prendre en compte lorsqu’on envisage d’entamer des travaux de coulage du béton.

Il faut noter que ni la chaleur ni le froid ne sont favorables au séchage du béton.

Les effets de la chaleur

Lorsque la température excède les 25 °C, la phase de durcissement est écourtée. Sachez que l’accélération de la prise du béton favorise l’évaporation de l’eau.

Or, l’hydratation (rappelons que l’eau active la réaction chimique des composants du ciment) est essentielle pour garantir la résistance du béton.

Pour remédier à ce problème, il est tout à fait possible de couler le béton lorsque le temps est plus frais.

De nombreux artisans ont aussi recours à la cure de béton pour assurer l’hydratation de la pâte de ciment.

Ce procédé consiste à vaporiser quelques litres d’eau sur toute la surface bétonnée. Vous pouvez aussi couvrir tout le chantier d’une bâche pour que le béton soit à l’abri du soleil.

Les effets du froid

Le froid affecte considérablement la durée de durcissement du béton.

Les travaux sont envisageables lorsque la température extérieure est plus de 5 °C, mais il faut s’attendre à ce que le temps de durcissement soit plus long.

Quand le thermomètre affiche une température inférieure à 5 °C, les DTUs indiquent qu’il est formellement interdit de couler du béton.

Pour cause, le froid a tendance à empêcher la prise du béton, c’est-à-dire que le béton ne sèche pas quoiqu’on fasse.

L'influence des conditions climatiques sur le séchage du béton
L’influence des conditions climatiques sur le séchage du béton

L’ajout des adjuvants

On a pu voir précédemment que les conditions climatiques affectent considérablement la prise du béton. L’utilisation des adjuvants est une solution pour combler ces failles.

Également connu sous l’appellation d’additif, l’adjuvant n’est autre qu’un produit chimique que l’on mélange aux matériaux cimentaires afin de changer leurs propriétés.

Pour s’adapter aux conditions climatiques, les adjuvants sont disponibles en plusieurs variantes. Chacun d’entre eux joue un rôle précis dans le séchage du béton.

En cas de conditions météorologiques défavorables, voici la liste des adjuvants qu’il faut impérativement utiliser pour optimiser la prise du béton:

  • l’accélérateur de durcissement : ce produit permet d’accélérer le séchage du béton. Son utilisation est préconisée si vous souhaitez entamer les travaux de décoffrage dans le plus bref délai. Ce type d’adjuvant est aussi un élément que l’on doit retrouver dans les composants du béton prêt à l’emploi (BPE);
  • l’accélérateur de prise : cet adjuvant a pour finalité d’écourter la durée nécessaire pour la prise du ciment. De forme liquide ou en granulés, il peut être utilisé, quelles que soient les conditions climatiques. Les professionnels ont recours à cet additif pour couler des bétons à haute performance initiale ou encore des bétons hors gel sont également. Prévoyez un budget moyen de 5 € par litre pour l’achat de l’accélérateur de prise;
  • Le retardateur de prise : il garantit la malléabilité du béton pendant une période plus étendue. Ce qui fait qu’il permet de définir le début du dégagement de chaleur de la pâte de ciment. Les artisans en maçonnerie utilisent en principe ce produit lorsqu’il est indispensable de transporter les bétons d’un endroit à un autre. Le prix des retardateurs de prise varie entre 5 € à 6 €.

Comment bien sécher son béton ?

Le séchage du béton semble facile au premier abord, mais il est requis de suivre à la lettre les préconisations dans les DTUs pour garantir la durabilité de la construction.

Vous devez également savoir que le temps de séchage du béton est mis en exergue dans les normes NF en 206-1.

En pratique, peu de professionnels du bâtiment respectent la durée maximale du séchage du béton.

Il est toutefois recommandé d’attendre le délai minimum avant de poursuivre les travaux.

La phase de durcissement du béton débute à partir du 7e jour et se prolonge jusqu’au 28e jour.

Pour que la prise du béton soit réussie, il est important de s’adapter aux conditions climatiques. Quelle que soit la température, vous devez impérativement veiller au dosage d’eau.

Pendant les périodes de forte chaleur, le temps de durcissement est raccourci. Il est conseillé de bien doser la quantité d’eau et de refroidir le béton si nécessaire afin d’assurer sa réhydratation.

L’ajout d’une petite quantité d’adjuvants est également conseillé pour retarder la prise du béton.

Lorsqu’il fait froid, la prise ou le séchage du béton est plus long et beaucoup plus risqué.

Dans ce cas-là, il est plus prudent de jauger la quantité d’eau.

L’ajout des plastifiants est nécessaire pour accélérer la prise du béton.

Comment bien sécher son béton ?
Comment bien sécher son béton ?

Pourquoi est-ce important de respecter le temps de séchage du béton ?

À l’instar des autres matériaux de construction, le béton peut se fragiliser.

Les risques sont accrus si l’on ne respecte pas le temps de séchage du béton. Hormis la baisse de la résistance, les ouvrages en béton peuvent également présenter des fissures au fil des années.

En plus d’être peu esthétiques, ces traces peuvent causer l’effondrement des constructions si aucune précaution n’est prise.

D’autres failles comme les problèmes d’infiltration de l’humidité peuvent aussi se produire.

Bref, si vous voulez être à l’abri de tous ces désagréments, il est préférable de ne pas minimiser le temps de séchage du béton.

Faites appel à un professionnel pour réaliser cette tâche. Cette option vous évitera de prévoir un budget supplémentaire pour des travaux de rénovation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *